Vous avez dit coach, qu’est-ce que le coaching, est-ce un métier ? Eclairages.

Le coaching est associé au principe d’autonomie et d’intelligence adaptative de l’individu, pour changer ici et maintenant.

Discipline transversale des sciences humaines, le coaching apparait en France à la fin des années 80, pour s’étendre à tous les pans de notre société; Jean-Luc Avella Bagur, fondateur de Link-up coaching nous livre sa vision du métier : « le coaching se doit aux hommes, à la réussite de leur évolution, à leurs performances, et à la seule place qui leur revient dans les systèmes et les organisations du monde qui est le nôtre, le centre », pour ajouter : « le coaching consiste à accompagner des personnes ou des groupes dans la définition et l’atteinte de leurs objectifs, au bénéfice de la réussite de leur évolution professionnelle et professionnelle »

Fondamentalement distinct du conseil de par la posture du coach qui n’apporte pas de solution au client, le coach amène le client à se questionner, se positionner ou repositionner, à redécouvrir son identité, ses valeurs, ses besoins, autant d’introspections nécessaires pour tracer un chemin, ici et maintenant.

On l’aura compris, le coach est le miroir, le catalyseur, le facilitateur bienveillant capable, grâce à la maïeutique et aux multiples techniques d’écoute, d’observation, de reformulation, de libérer le potentiel de chacun et l’expression pleine et entière de l’unicité de l’individu.

C’est donc bien un métier, qui s’apprend et s’enrichit au contact de ses pairs, de ses clients et superviseurs (c’est aussi un métier), et s’exerce selon un processus cadré, méthodologique et rigoureux auquel le coach se réfèrera et par rapport auquel il auto-évaluera ses pratiques au fil des séances.

Bien sûr, pas de coaching sans code de déontologie bien compris, appliqué et rappelé au client en amont d’un processus, pour toujours rappeler la responsabilité du coach et l’espace dans lequel il propose au client de l’accompagner, cet espace répondant entre autres aux fameux 3P « permission, protection, puissance » garantissant une relation collaborative favorable au processus de coaching, garantissant la sécurité ontologique et l’écologie du client et libérant toute la dimension tactique et professionnelle du coach.

« Retour