Construction identitaire et coaching

Comme nous l’évoquions dans notre dessin du mois dernier, l’objectif sur lequel le client est accompagné par son coach porte sur un ou plusieurs besoins.

La satisfaction de ces besoins génère chez chacun satisfaction ou frustration (« dis-moi comment tu prends soin de toi…je te dirai comment tu t’estimes…). Le travail sur les besoins avec le coach est donc orienté vers l’estime et l’intériorité du client, le « JE » du client tel qu’il parvient à le ressentir et l’exprimer, notamment à travers ses émotions.

Pour cette construction identitaire, le coach proposera au client d’interroger ses propres croyances qui constituent, pour tout un chacun, sa carte du monde; les croyances constituent donc l’ensemble des affirmations que nous pensons vraies; notre système de croyances a une réalité psychologique et pas nécessairement logique, et puise son fondement dans notre expérience de la vie. Notre système de croyance est à l’origine de bon nombre de nos comportements (que fais-je ?) et de notre identité (qui suis-je ?).

« Trouver sa voie, chercher son équilibre, trouver du sens à sa vie, être soi-même », autant d’expressions illustrant, en coaching, le nécessaire alignement entre comportements et identité profonde, à l’exclusion de biais constitués par les habitudes, les rôles, les attitudes, n’incarnant pas forcément le choix du client ni son désir et encore moins ses besoins.

Le travail sur les valeurs permet alors l’introspection du sens du JE du client : les valeurs agissent comme des normes de références donnant le sens à nos choix de vie, et orientent nos comportements. Par exemple, un client pourra hiérarchiser, dans la carte des valeurs, 3 valeurs cardinales que seraient, pour son prochain job, la sécurité, l’argent et les conditions de travail; tel autre pourrait porter son choix sur l’esprit d’entreprise, le risque et la compétition. 2 client, 2 systèmes de valeurs différents, 2 besoins d’accompagnements à qualifier et adapter à leur personnalité, leurs besoins et autour du même objectif qui serait de trouver un prochain job.

Le processus de construction identitaire durant le coaching s’appuie donc sur la démarche CVBLE (Croyances / valeurs / Besoins / Limites / Emotions), que le coach devra maîtriser et réguler autour de l’objectif poursuivi par le client durant l’accompagnement, et toujours dans le respect de son écologie.

Le client, plus conscient de son JE, de ses valeurs et besoins, sera plus à même d’identifier ses limites, si ces dernières agissent sur ses comportements et donc sa capacité à atteindre son objectif : repousser ses limites (oser), ou renforcer ses limites (savoir dire non), peuvent ainsi constituer deux voies d’accompagnement du client.

On le devine, les séances de coaching consacrées au processus CVBLE convoquent chez le coach des qualités d’écoute et de questionnement, et se chargent des émotions du client lors de son expression de « qui je suis », comment je suis », « ce que je veux », « ce qui est important pour moi »…

En prolongement de ce article introduisant le processus de construction identitaire, nous consacrerons prochainement 3 articles complémentaires : le premier portera sur l’outil systémique de pyramide de Dilts (en lien avec les domaines de conscience de Bateson), le second portera sur l’outil de profilage de la personnalité DISC&Forces motrices et le troisième sera consacré à l’intelligence émotionnelle.

« Retour